LOGIN

You are here

Retour aux articles

Job sharing et temps partiel pour cadres: les arguments qui vont convaincre votre supérieur

par Careerplus • 1 mai 2017

Des collaborateurs plus heureux, une image de marque plus séduisante, moins de fluctuation? Les avantages des modèles de temps de travail flexibles sont nombreux. Mais qu’en dit votre supérieur? Et comment le convaincre? Suivez le guide des arguments les plus pertinents.

Les bons arguments pour convaincre votre supérieur Les bons arguments pour convaincre votre supérieur

Julia est une femme d’affaires qui réussit. Elle est en couple et aujourd’hui, elle pense devoir choisir entre carrière et enfants. Emmanuel dirige un service et passe de nombreuses soirées au bureau. Il profite de ses enfants uniquement en fin de semaine, d’où son questionnement: carrière ou famille? Des exemples fictifs qui reflètent bien la situation de milliers de ménages en Suisse. À notre époque de l’égalité des couples, femmes et hommes aspirent à un équilibre entre vie familiale et professionnelle et souhaitent assumer des responsabilités aussi bien au bureau qu’au sein de la famille. Julia et Emmanuel ne veulent pas choisir entre deux options. Doivent-ils le faire? Certainement pas.  

La solution? Une organisation flexible du temps et du lieu de travail. Nous parlons ici de temps partiel et de job sharing, des modèles de temps de travail de plus en plus appréciés également dans les étages supérieurs de la hiérarchie, mais pas des employeurs pour qui ce thème représente encore un «corps étranger», voire un tabou! Qu’en est-il de votre supérieur? Est-il aussi frileux à l’idée que ses cadres puissent travailler à temps partiel, pire qu’ils puissent partager leur fonction? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul dans cette situation. Ne baissez pas pour autant les bras et osez faire votre demande en évoquant tous les avantages des modèles de temps de travail flexibles non seulement pour vous, mais pour lui également. Nous avons énuméré pour vous les arguments les plus pertinents, et n’oubliez pas: seuls les faits peuvent contrer efficacement les préjugés et les voix critiques.

Réduction des coûts du personnel et de la fluctuation

La littérature sur le sujet le prouve: les entreprises ayant introduit les modèles de temps de travail flexibles en sont très satisfaites. Une étude menée par la Haute École spécialisée du nord-ouest de la Suisse démontre que la satisfaction au travail a augmenté dans une entreprise sur deux, et dans une sur trois, c’est même l’ambiance qui s’est améliorée. Plus les collaborateurs sont heureux, plus ils s’identifient avec leur entreprise, et par conséquent, plus ils sont loyaux longtemps. De ce fait, une entreprise pourra maintenir les coûts de fluctuation très bas. Que de belles perspectives grâce au temps de travail flexible, non?

Pérennisation des connaissances

Un avantage en amène un autre: un personnel loyal possède de solides connaissances et son expérience aura une influence considérable sur le succès ou l’échec de l’entreprise. Dès lors, gardez ceci en tête pour votre argumentaire: les entreprises veulent conserver les connaissances et l’expérience de leurs collaborateurs. Quel est le meilleur moyen pour y parvenir? Exact: à travers les modèles de temps partiel et de job sharing. Qu’y a-t-il de plus efficient en effet que des collaborateurs expérimentés capables de former les jeunes générations ou les successeurs?

Augmentation de la productivité

Que la satisfaction au travail augmente la motivation et la productivité semble tout aussi logique qu’un travail régulier à 70 heures par semaine fait perdre la santé. Votre supérieur en est-il conscient? Les personnes qui travaillent moins sont non seulement plus motivées et loyales, mais elles sont – chiffres à l’appui – plus productives et moins malades. Votre supérieur pourrait-il rêver d’une meilleure option?

Attractivité de l’entreprise sur le marché du travail

Presque tous les secteurs d’activité sont aujourd’hui en pénurie de personnel qualifié. Dans la «guerre des talents», les modèles de temps de travail flexibles sont assurément des arguments convaincants. Des conditions de travail adéquates augmentent l’image de marque sur le marché et les entreprises peuvent exploiter cet argument pour se différencier. Le temps partiel et le job sharing offrent par ailleurs un choix plus large de candidats possédant des compétences variées. Les jeunes talents seront aussi davantage attirés par ce type d’entreprise.  

Flexibilité en cas de maladie, d’accident et de départ à la retraite

Contrairement aux solutions flexibles, les règlements de travail rigides immobilisent l’entreprise. Voyez simplement les cas concrets lors d’absences imprévues ou en cas de maladie: dans un tandem de temps partiel ou de job sharing, les partenaires peuvent se remplacer mutuellement au pied levé. Mais pas seulement: la succession est aussi plus simple à organiser. Une codirection se prête à merveille pour un départ à la retraite facile et efficient. En effet, sur deux codirecteurs, il y en aura toujours un pour former le successeur.

Montrez votre volonté d’action

Les arguments précités en faveur des modèles de temps de travail flexibles doivent vous faire comprendre qu’ils sont profitables autant à vous-même qu’à votre supérieur. Faites-les valoir dans ce sens. Montrez-lui qu’ils fonctionnent aussi pour les cadres. Prouvez-lui que vous avez le sens des responsabilités, que vous êtes flexible, participatif, et que vous avez la capacité de gérer les conflits: des facultés sollicitées pour un temps partiel ou un job sharing.

Il vous manque des arguments? Notre dernier White Paper «Carrière et temps partiel, rêve ou tabou? Les modèles de temps de travail flexibles dans les étages de direction» vous les livre.

mai 2017

TAGS

Teilzeit Jobsharing Topsharing

Catégories :
Pour candidats Pour employeurs