LOGIN

You are here

Retour aux articles

Trente ans de recrutement: du papier au robot!

par Careerplus • 6 février 2018

L’évolution de la relation recruteur-candidat est aussi passionnante que fulgurante. Si le remplacement total d’êtres humains par des robots dans les procédures de recrutement nous semble encore inimaginable, il est indéniable que l’ère digitale apporte sa part de défis. Aujourd’hui chasseur connecté et multitâches, à quelle sauce sera mangé le recruteur en 2025? Jean-Christophe Anna a dévoilé sa vision du futur lors du dernier Club RH de Careerplus en octobre 2017.

Trente ans de recrutement - du papier au robot!Trente ans de recrutement - du papier au robot!

Aujourd’hui, le recruteur ressemble à un Sherlock Holmes qui chasse sur le Net à la recherche du meilleur candidat, jouant tout à la fois le modérateur, le blogueur et l’animateur de communautés. Or, l’intelligence artificielle et le big data transforment de plus en plus le monde du travail, y compris les processus de recrutement. Que sera devenu le recruteur en 2025? Des scénarios fous aujourd’hui… et banals en 2025? L’intelligence artificielle et le big data ouvrent-ils les portes du recrutement prédictif? Le robot menace-t-il l’emploi et le recruteur? Jean-Christophe Anna, spécialiste du recrutement, nous livre quelques pistes, entre passé et futur.

Le recruteur, entre passé et futur

Il y a très longtemps (et dans une autre galaxie?), les portails de l’emploi faisaient leur entrée fracassante sur le marché de l’emploi, balayant sur leur passage la presse papier. À cette époque, le recruteur ressemblait encore à un pêcheur au bord de l’eau calme, attendant patiemment et passivement qu’un candidat en mode «je cherche un emploi activement» veuille bien passer par là et poser sa candidature.

Que s’est-il passé depuis?

Eh bien, pas moins de deux révolutions! Celle des réseaux sociaux, et celle du téléphone portable. Deux événements majeurs qui ont bouleversé radicalement les méthodes et les mentalités du recrutement. La relation et les rôles recruteur-candidat ont aussi changé.

Ces deux révolutions ont-elles transformé pour autant les recruteurs? Pas vraiment, selon Jean-Christophe Anna. Toutefois, le nouveau recruteur moderne – superconnecté et présent sur tous les réseaux sociaux – existe bel et bien et il ressemble davantage à un chasseur qu’à un recruteur. Non seulement il est hyperconnecté, mais il est aussi multitâches: ambassadeur, blogueur et modérateur de communautés (community manager). Il traque les candidats là où ils se trouvent, que ces derniers cherchent un emploi ou pas. Que son entreprise soit présente ou non sur les réseaux sociaux, lui, il l’est, et il jouera le rôle d’ambassadeur de la marque employeur. En tant que porte-drapeau, il s’emploiera à séduire les meilleurs candidats.

Et en 2025? Portraits des futurs recruteurs   

Après le «recruteur-pêcheur» et le recruteur hyperconnecté, de quel bois seront faits les futurs recruteurs? Jean-Christophe Anna nous en esquisse quelques-uns: 

Certains experts affirment qu’en 2025, le contrat à durée indéterminée aura disparu. Le candidat se transformera en un candidat à vie et multi-entreprises qui travaillera à la mission, au projet. Dans cette constellation, le RH jouera le rôle de capitaine d’une équipe de foot (l’entreprise) et sa tâche principale consistera à sélectionner les meilleurs joueurs.

Si nous partons du principe qu’en 2025, le big data représente une réalité concrète et palpable pour le responsable RH, eh bien ce dernier assumera la casquette du grand spécialiste de données du Net. Dès lors, il sera capable de collecter, analyser et stocker toutes les informations relatives à un candidat. Un travail qui lui permettra de détecter les talents. C’est ce qu’on appelle le recrutement prédictif.

Toujours en 2025, dans ce cas de figure, le candidat portera un casque de réalité virtuelle qui va l’immerger dans le monde de son futur poste, avec par exemple des mises en situation et des cas concrets à résoudre. De son côté, le recruteur sera une espèce de Cyborg portant des smart lentilles lui permettant d’analyser les données du candidat en temps réel, de le filmer et de transmettre les données directement à l’équipe opérationnelle. Et ce n’est pas tout: doté d’un microprocesseur «pluggé» dans sa boîte crânienne capable de brasser les données du candidat avec celles des collaborateurs, le recruteur sera apte à détecter en temps réel les compatibilités du candidat avec l’équipe!

Selon les experts du futur, un tiers des métiers actuels aura disparu en 2025 au bénéfice des robots. Les recruteurs seront-ils remplacés totalement par des robots? Ce n’est pas à exclure. Selon les nouvelles expérimentations, les algorithmes actuels seraient très performants dans l’identification de bons candidats lors d’entretiens d’embauche, à l’instar de Mathilda, le robot recruteur intelligent et empathique. L’avantage du Recruteur Robot? Il n’est pas discriminant et reste neutre dans son appréciation.

février 2018

TAGS

robots démarches de sélection Trend Club RH

Catégories :
Pour employeurs