LOGIN

You are here

Retour aux articles

La boîte à outils financière complète pour bien démarrer votre entreprise ou projet!

par Raymond Bezençon • 23 octobre 2015

Vous rêvez de créer votre entreprise, mais vous bûchez en matière d’analyse du financement? Vous lancez un projet, mais ignorez les paramètres financiers à prendre en compte? Ou vous connaissez les outils, mais ne savez pas dans quel ordre chronologique les aborder?

La boîte à outils financière complète pour bien démarrer votre entreprise ou projet!La boîte à outils financière complète pour bien démarrer votre entreprise ou projet!

Alors que la grande majorité des formations professionnelles ou universitaires enseignent les différentes matières relatives au besoin et à la recherche de financement isolément, j’aimerais réitérer ici l’importance de les relier entre elles. C’est dans cette approche que j’ai présenté, lors de mes dernières conférences dans le cadre du Club Finance Careerplus, une vue d’ensemble de toutes les étapes nécessaires à la recherche du besoin de financement. À l’aide d’un cas réel simple, j’ai illustré les liens entre chaque phase et la manière optimale pour réussir son financement.

Dans cette série d’articles, je décortiquerai les sept étapes de l’analyse de financement. Nous commençons ce premier épisode aujourd’hui avec un bref résumé des sept étapes vers le succès.

Les sept étapes de l’analyse du financement  

Il n’est pas nécessaire de suivre toutes les étapes financières, mais de les effectuer dans un ordre précis qui va permettre, lors de chaque étape, de déterminer si l’on continue l’étude ou non. L’arrêt d’une étude interviendrait par exemple dans le cas où les indicateurs devenaient négatifs.

Étape 1: le seuil de rentabilité

Cette première étape est la plus importante, car elle montre les opportunités et les risques en fonction de la rentabilité souhaitée pour votre futur projet. Cette étape vous permet de décider si vous continuez l’étude ou non.

Étape 2: l’établissement des comptes de profits et pertes prévisionnels

L’établissement de ces prévisions est important, car elle permet de voir si l’on a une marge par rapport à la rentabilité souhaitée. S’il est probable que les chiffres indiqués dans cette phase ne seront pas atteints, la question est alors de savoir s’il vaut la peine de continuer l’étude. Paradoxalement, plus on a d’incertitudes et plus cette étude sera importante.

Étape 3: le calcul de la valeur actuelle nette

Si les indicateurs sont toujours positifs, on établira l’étude de la valeur actuelle nette du projet. Ceci permet de continuer l’étude, en cas de valeur actuelle positive, ou de l’arrêter.

Étape 4: la planification financière à long terme

La planification financière à long terme consiste à cibler le besoin avant de décider de la structure du financement. Cette étape indique le besoin en capitaux permanents (capital – actions et emprunts à long terme) du projet.

Étape 5: le choix de la structure du financement

L’étape 5 consiste à choisir la structure du financement. On retient ici deux principes qui vont permettre de faire ce choix: soit on privilégie le principe de prudence et d’indépendance financière, et l’on se dirige vers un financement majoritairement axé sur des fonds propres. Ou alors, on axe le financement sur un principe de rentabilité et on décide d’un financement majoritairement basé sur des fonds étrangers afin de profiter d’un effet de levier.

Étape 6: la planification financière à court terme

Une fois le financement à long terme établi et les informations connues, on établit une planification à court terme qui consiste en l’élaboration d’un budget de trésorerie mensuel des éléments attendus dans le premier exercice. Cette étape est utile à deux niveaux: tout d’abord, elle sert à déterminer si un besoin supplémentaire à court terme est nécessaire pour couvrir le financement d’un besoin en fonds de roulement, et ensuite, à fixer les objectifs à suivre.

Étape 7: le suivi

Lors de cette étape, on choisit des indicateurs de performance. Ils vont permettre l’analyse du bon déroulement des prévisions et l’identification – dans le cas d’écarts – de conséquences futures sur la trésorerie. Cet exercice permet de voir clairement et à l’avance les éléments à changer et le suivi de ces décisions sur la trésorerie future.

À propos de Raymond Bezençon

Conseiller d’entreprise indépendant et chargé de cours depuis plus de 20 ans chez Virgile Formation, Raymond Bezençon a créé en 2014 la société Goodwill Formation SA dont le but est de contribuer activement à la formation préparatoire en vue de l’obtention du Brevet fédéral de Spécialiste en finance et comptabilité. Raymond Bezençon s’est associé à cet effet à plus d’une dizaine de chargés de cours confirmés et compétents ayant formé plus de 2’000 candidats à l’examen précité. Plus de 400 participants en Suisse romande font de cette école la plus importante de la région francophone après seulement quelques mois d’existence.

octobre 2015

TAGS

Club finance analyse financement

Catégories :