LOGIN

You are here

Retour aux articles

Étude salariale «Finance»: les rémunérations stagnent!

par Careerplus • 21 juin 2018

Malgré une évolution des salaires bien timide dans la finance, nul besoin de se faire du mauvais sang: les métiers de la finance se portent bien! Aucune surprise non plus du côté des meilleures rémunérations: ce sont encore une fois les positions dirigeantes et la maîtrise des langues étrangères qui permettent de décrocher la palme!

Étude salariale «Finance» - les rémunérations stagnent! Étude salariale «Finance» - les rémunérations stagnent!

De l’aide-comptable à l’agent fiduciaire, en passant par le contrôleur de gestion, qui gagne combien? Les salaires sont-ils adaptés et équitables, et quels facteurs les influencent-ils? Des questions brûlantes aussi bien pour les employés que pour les employeurs. La dernière étude salariale de Careerplus vous livre les réponses grâce à l’analyse de neuf métiers différents. En résumé, on constate que le niveau salarial dans le domaine de la finance est resté élevé malgré une évolution stagnante. En effet, avec une moyenne annuelle brut de CHF 91'000.-, les salaires dans la finance sont 22% plus élevés que la moyenne suisse. Selon Raymond Bezençon, expert en finance et controlling, «Même durant la période économique difficile de 2008/2009, les salaires sont restés stables et pratiquement personne au sein de ces fonctions n’a eu à craindre pour son emploi.»

Les meilleures rémunérations reviennent encore cette année au directeur financier/CFO avec un salaire annuel brut de CHF 150'000.- .

«Les spécialistes possédant une bonne expérience et les experts se situant dans un écart hiérarchique important peuvent gagner jusqu’à CHF 180'000.-», affirme Raymond Bezençon. Ce qui prouve une fois de plus qu’une position à responsabilités influence positivement le salaire, à l’instar du directeur financier/CEO qui verra grimper sa médiane de CHF 20'000.- s’il dirige une équipe de 5 à 10 personnes, et de CHF 30'000.- dès la conduite de plus de 10 personnes. L’expert-comptable n’est pas en reste avec une augmentation de presque 50% à CHF 156'500.- dès lors que ses responsabilités augmentent.

Langues étrangères et expérience, les bonus non négligeables!

Avec un brevet fédéral en poche, il possède la plupart du temps une expérience dans d’autres domaines de la finance et peut s’attendre ainsi à des valeurs plus élevées que des diplômés de hautes écoles qui débutent directement dans le controlling.

L’étude salariale met le doigt sur la corrélation entre la maîtrise des langues étrangères et les salaires. Prenons l’exemple de l’agent fiduciaire: s’il gère un portefeuille de clients en plusieurs langues, il peut être récompensé de 25% d’augmentation, soit atteindre CHF 115'000 francs.-.

Une grande expérience professionnelle sera tout aussi gratifiante et ce n’est pas Raymond Bezençon qui dira le contraire: «L’étude montre que les revenus sont souvent plus élevés si l’on possède une solide expérience flanquée d’une formation continue spécifique comme le brevet fédéral que si l’on a obtenu un diplôme supérieur accompagné de très peu d’expérience. C’est pourquoi je recommande d’accumuler quelques années d’expérience et de se perfectionner ultérieurement.» Prenons également l’exemple du contrôleur de gestion junior: avec un brevet fédéral en poche, il possède la plupart du temps une expérience dans d’autres domaines de la finance et peut s’attendre ainsi à des valeurs plus élevées que des diplômés de hautes écoles qui débutent directement dans le controlling.

Découvrez l’analyse de neuf métiers passés au crible fin selon les critères d’engagement les plus importants ou les opportunités de développement dans notre dernière étude salariale dédiée aux métiers de la finance.

juin 2018

TAGS

étude salariale comparaison de salaire

Catégories :
Pour candidats Pour employeurs